Nos derniers tweets !

Reprise des activités à l’INRB, la surveillance de la Covid-19 demeure gratuite

Avec la fin de l'état d'urgence et en prévision de l'ouverture des vols nationaux et internationaux, l'INRB ajoute à la gamme de ses analyses de routine, le diagnostic de la Covid-19 pour les voyageurs. Une démarche qui a énervé certains défenseurs des droits de l'homme à Kinshasa.

La Direction générale de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) informe le public de la reprise de ses activités médicales qui constituent une de ses missions à côté de la recherche, la formation, la surveillance, l’investigation et la réponse aux épidémies.

Ces activités qui ont été suspendues au mois d’avril suite au confinement de la zone de santé de la Gombe, précise le communiqué qu’il a publié lundi sur Twitter, comprennent les analyses de biochimie, hématologie, bactériologie, anatomo-pathologie, hormonologie, biologie moléculaire (test ADN), parasitologie, immunologie et sérologie.

Avec la fin de l’état d’urgence et en prévision de l’ouverture des vols nationaux et internationaux, l’INRB a ajouté à la gamme de ses analyses de routine citée ci-haut, le diagnostic de la Covid-19 pour les voyageurs.

Sur Twitter, le président de l’Asociation africaine des droits de l’homme (Asadho) avait dénoncé l’intégration du diagnostic de la Covid-19 pour les voyageurs dans les analyses payantes à l’INRB.

Mais toutes ces activités qui constituent des prestations de service à la communauté, rappelle l’Institut que dirige le célèbre professeur Muyembe Tamfum, sont payantes.

Concernant les maladies endémiques et épidémiques telles que la poliomyélite, la fièvre jaune, le chikungunya, la rougeole, la grippe, le monkeypox, les fièvres hémorragiques, l’INRB rappelle néanmoins à l’opinion qu’il continue sa mission traditionnelle de surveillance, investigation et réponse aux épidémies.

Ces activités de surveillance, et de même pour la Covid-19 qui reste une préoccupation du moment, signale l’INRB, demeurent gratuites.

Ce communiqué de l’INRB est diffusé alors que le pays traverse une nouvelle et énième polémique concernant la gestion de cette crise sanitaire depuis plus de 4 mois. À l’origine, les propos de celui qui a été présenté par les autorités comme étant le premier cas de la Covid-19 en RDC.

Une gestion en crise?

Une nouvelle polémique qui ne rend pas aisée l’action du gouvernement, vient d’écorcher encore son image notamment à travers son ministère en charge de la santé publique. Nouvelle polémique, nouvelle interpellation de la justice qui semble désormais plus qu’attentive dans ce que d’aucuns appellent désormais la « République des juges ».

« Peuple congolais, je suis devant le micro pour s’excuser pour tout ce qui s’était passé. On m’avait forcé d’accepter que j’avais la maladie. Au fond, je ne suis pas malade et je ne l’ai jamais été. Regardez vous-même. « , a affirmé récemment Faustin Fitika, présenté en mars dernier comme le premier cas Covid-19 sur le territoire congolais.

Dans une autre vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, le même « premier cas » remerciait pourtant les autorités pour sa prise en charge après avoir contracté ce coronavirus, affirmant être soigné à l’hôpital.

Peu avant sa sortie de l’hôpital de l’amitié sino-congolaise situé dans la commune de N’Djili, où il été soigné jusqu’à sa « guérison » et après environ 15 jours passés en isolement, Faustin Fitika encourageait, sur les ondes de Radio Okapi, les autres malades au respect des différentes consignes données par les autorités sanitaires dans le cadre de la riposte contre la Covid-19 en RDC.

Fin de l’état d’urgence, Covid-19 en bonne santé

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, renseignent les autorités sanitaires dans le bulletin du 26 juillet dernier, le cumul des cas est de 8.844, dont 8.843 cas confirmés et 1 cas probable. Au total, il y a eu  208 décès (207 cas confirmés et 1 cas probable) et 5.700 personnes guéries.
Ces chiffres indiquent également:
  • 163 cas suspects détectés après investigations ;
  • 13 nouveaux cas confirmés, dont 6 à Kinshasa, 5 dans le Haut-Katanga et 2 au Nord-Kivu ;
  • 137 échantillons testés ;
  • 4 nouveaux décès des cas confirmés ;
  • 190 nouvelles personnes sorties guéries des CTCO.    

Pour la reprise progressive des activités :
1.22 juillet 2020 : Reprise des activités administratives, commerciales (Magasins, banques, restaurants, café, bars, terrasses), des rassemblements, réunions, célébrations et des transports en commun ont repris depuis le 22 juillet.

Le 03 août prochain va marquer la reprise des activités scolaires et académiques commençant par les classes et promotions terminales. Pour la réouverture des églises et lieux de cultes, des stades, discothèques et salles de spectacle, la reprise des mouvements migratoires interprovinciaux réguliers ainsi que l’ouverture des ports, aéroports et frontières, le gouvernement a retenu la date du 15 août.

Pour les funérailles, martèle l’équipe en charge de la riposte contre la Covid-19, les mesures restent les mêmes et de stricte application avec la nécessité de l’observance des mesures barrières.

Alain Tshibanda