Nos derniers tweets !

Covid-19, aucune nouvelle personne n’est sortie guérie depuis lundi

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul des cas est de 9.499, dont 9.498 cas confirmés et 1 cas probable. Au total, il y a eu  225 décès  (224 cas confirmés et 1 cas probable) et 8.375 personnes guéries.

Les autorités en charge de la riposte ont déclaré, lundi 10 août, 110 cas suspects après investigations, 10 nouveaux cas confirmés, dont 5 à Kinshasa, 3 dans le Haut-Katanga et 2 dans le Haut-Uélé. 299 échantillons ont été testés et un nouveau décès des cas confirmés est enregistré.

Les 17 provinces touchées :
  • Kinshasa : 7.773 cas ;
  • Nord-Kivu : 446 cas ;
  • Kongo Central : 421 cas ;
  • Haut-Katanga : 314 cas ;
  • Sud-Kivu : 295 cas ;
  • Lualaba : 88 cas ;
  • Ituri : 73 cas ;
  • Haut-Uélé : 37 cas ;
  • Tshopo : 26 cas ;
  • Kwilu : 6 cas ;
  • Equateur : 5 cas ;
  • Nord-Ubangi : 5 cas ;
  • Sud-Ubangi : 5 cas ;
  • Haut-Lomami : 1 cas
  • Kasaï : 1 cas ;
  • Kasaï Central : 1 cas ;
  • Kwango : 1 cas.
Dans la ville de Kinshasa, 10 zones sont les plus touchées par cette maladie (le tableau ci-dessous donne la situation jusqu’au 9 août 2020).
Zones de santé Nombre des cas
Limete 676
Gombe 673
Kokolo 642
Binza Ozone 613
Lemba 486
Binza Météo 455
Kasa-Vubu 255
Mont Ngafula I 238
Kintambo 231
Lingwala 220

Lundi, le Président de la République a fait le tour de l’Institut de la Gombe avant de visiter le campus de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), où il s’est assuré de l’effectivité de la reprise des activités scolaires et académiques.

Une ronde qui a permis au chef de l’État de rappeler aux élèves et étudiants le respect des gestes barrières contre la Covid-19.

« Nous avons levé l’État d’urgence sanitaire au pays mais le Coronavirus n’a pas disparu », avait-il souligné.

Cette reprise des enseignements intervient après près de 6 mois de suspension.

À l’approche de la réouverture des églises et autres lieux de culte, le samedi 15 août prochain, les autorités ont appelé les responsables de ces organisations à un strict respect des mesures barrières et n’ont pas exclu le contrôle par la Police.

Réouverture des lieux de culte: les églises boudent la présence policière 
Intervenant sur TOP CONGO ce mardi 11 août, le pasteur Sony Kafuta, dont l’église [Armée de l’Éternel] a été partiellement endommagée récemment à Kinshasa, lors d’une manifestation contre la désignation de Ronsard Malonda pour remplacer Corneille Naanga à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), estime que les patrouilles de la Police ne sont pas les bienvenues au niveau des lieux de culte.

Envoyer les policiers pour vérifier si les mesures barrières y sont respectées, tel qu’envisagé par le gouverneur de la ville de Kinshasa, « n’est pas [une démarche] logique », a-t-il déclaré.

Pour Sony Kafuta, qui craint quelques dérapages et tracasseries policières, « l’église est un lieu de la conscience. Nous n’avons pas besoin de la Police pour prier et respecter » les mesures barrières.
« Les bus n’ont pas été désinfectés, ni les bars, encore moins les boîtes de nuit et les marchés. Pourquoi désinfecter les églises ? », se demande-t-il.
Jusque-là, ajoute Sony Kafuta, « nous sommes d’accord avec les mesures barrières » mais il ne comprend pas pourquoi « on demande aux églises de payer pour être désinfectées. Là c’est à négocier. Elles ont été confinées pendant 5 mois. Elles n’ont pas des entrées et ceux qui demandent 50$, 100$ là… nous allons trouver ça où? ».
C’est aux hommes de Dieu, conclut le pasteur, de s’occuper d’assainir les lieux de culte.
De son côté, le ministre de la santé vient d’interdire à tout établissement médical ou pharmaceutique la vente ou la cession de tout dispositif, sous forme de badge supposé désinfecter l’air contre la Covid-19, sur toute l’étendue de la nation.

Alain Tshibanda