Nos derniers tweets !

Entrepreneuriat et artisanat, 2 projets de lois bientôt transmis au Parlement pour examen et adoption

Après son adoption à la 34ème réunion du Conseil des ministres du 5 juin 2020, présidée par le chef de l'État, le Programme national de développement de l'entrepreneuriat du Congo (PRONADEC), tel que présenté par le ministre des classes moyennes, petites et moyennes entreprises et artisanat, "vient d'ouvrir un nouveau chantier", a fait savoir la cellule de communication du ministère en charge de ces secteurs.

Il s’agit de l’application du premier axe d’action sur les 15 que comporte le PRONADEC, consacré à la finalisation du cadre légal et réglementaire de l’entrepreneuriat et de l’artisanat.

C’est dans cette optique que les associations patronales et autres corporations des Petites, moyennes entreprises et artisanat (PMEA) ont pris part à une séance de travail, lundi 10 août dernier, convoquée et présidée par le ministre des PMEA, Justin Kalumba Mwana-Ngongo.

Cette rencontre a permis aux uns et aux autres de faire un briefing sur l’avancement des travaux relatifs à l’élaboration des lois sur l’entrepreneuriat et sur l’artisanat en RDC.

Cette action qui est une grande première, s’est félicité le ministre, a pour objectif final l’émergence d’une classe moyenne à travers l’ensemble du territoire national.

« La procédure ainsi enclenchée va se poursuivre sans désemparer », a-t-il souligné.

Promouvoir les investissements domestiques, l’ANAPI et l’OPEC mutualisent les efforts!

Le 5 août dernier, l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI) et l’Office de promotion des petites et moyennes entreprises congolaises (OPEC) ont signé un protocole d’accord, définissant le cadre de partenariat, les principes directeurs ainsi que les modalités de collaboration pour la promotion des investissements domestiques et le développement de l’entrepreneuriat local.

Ce partenariat est une réponse aux multiples défis auxquels sont particulièrement confrontées les PMEA, dont une grande proportion évolue encore dans l’informel pour plusieurs raisons.

Il s’agit notamment du manque d’informations, des difficultés pour accéder aux financements structurés et des diverses tracasseries dont elles sont victimes.

Ainsi, l’ANAPI et l’OPEC ont décidé de « conjuguer leurs efforts pour mener le plaidoyer en vue de l’amélioration effective du climat des affaires et participer collectivement à l’émergence d’une classe moyenne en RDC ».

Le but est aussi d’amener les PMEA, qui évoluent encore dans l’informel, à se formaliser.

Alain Tshibanda