Nos derniers tweets !

Grève des pétroliers (zone Sud-Est), le gouvernement souhaite une solution adéquate et rapide

Selon le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), révèle la Primature sur son site web, ces sociétés pétrolières ont été rassurées de l’implication du chef du gouvernement pour une résolution très rapide de cette question.

C’est dans l’optique de maintenir un dialogue avec les pétroliers de la zone Sud-Est que le Premier ministre a présidé, ce mardi 11 août à l’immeuble du gouvernement à Kinshasa, une importante réunion avec une délégation de la FEC du secteur pétrolier des provinces notamment du Haut-Katanga, Lualaba et du Nord Kivu.

C’est depuis jeudi 6 août dernier, soit près d’une semaine, qu’un arrêt de travail a été déclenché par les pétroliers de cette partie du pays. Ils attendent du gouvernement le réajustement de la structure des prix devant tenir compte, insistent-ils, de la conjoncture et du prix à la hausse du baril sur le marché international.

Lire aussi : Arrêt de travail des sociétés pétrolières dans le Sud-Est du pays 

Face à cette situation, le chef de l’État avait recommandé « le maintien du dialogue entre les acteurs en présence sous la conduite du ministre de l’économie nationale et celui des hydrocarbures, afin d’arriver à trouver une solution idoine en tenant compte de tous les paramètres ».

Arrivés dans la capitale depuis ce lundi et conduits par le président de la FEC, ces opérateurs ont échangé avec Sylvestre Ilunga Ilunkamba sur la problématique de la structure des prix pétroliers dans leur secteur opérationnel.

Plusieurs ministres provinciaux ont également pris part à cette séance de travail qui a aussi connu la participation du ministre d’État, ministre des hydrocarbures Rubens Mikindo Muhima et de la ministre de l’économie nationale, Acacia Bandubola.

Lire aussi : Doléances des pétroliers de la zone Sud-Est, Félix Tshisekedi s’oppose à toute manipulation

La grève ne profitant ni aux populations, ni aux opérateurs économiques, et encore moins à l’État congolais, les ministres sectoriels [du gouvernement Ilunga Ilunkamba] concernés par cette crise ont été chargés par le chef du gouvernement de poursuivre les échanges avec ces pétroliers « dans un esprit d’ouverture ».

Pour sa part, la FEC s’est dite confiante quant à la revision équitable de la structure des prix des produits pétroliers.

Pour rappel, la structure des prix des carburants terrestres est définie par l’arrêt du ministre en charge de l’économie nationale.

En mai dernier, les prix de l’essence et du gasoil étaient fixés respectivement à 1.995 FC et à 1.985 FC, le litre, dans la zone Ouest du pays.

Dans la zone Est, l’essence et le gasoil reviennent à 1.500 FC et 1.540 FC, le litre.

Au sein de la zone Sud, l’essence et le gasoil à la pompe coûtent respectivement à 1.390 FC et 1.450 FC.

Alain Tshibanda