Nos derniers tweets !

Covid-19: pas de vaccination généralisée avant la mi-2021 (OMS)

C'est ce qu'a fait savoir l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le vendredi 04 septembre.

« Il est peu probable de s’attendre à une vaccination généralisée avant le milieu de l’année prochaine », indiquait Margaret Harris à Genève, en soulignant que « cette phase 3 doit prendre plus de temps car nous devons voir dans quelle mesure le vaccin est réellement protecteur et nous devons également voir dans quelle mesure il est sûr ».

Ses propos concernent l’étape de recherche du vaccin où de grands essais cliniques sont menés sur des personnes.

Dans cette phase 3, relève Margaret Harris sans mentionner un candidat vaccin de manière spécifique, « un nombre considérable de candidats vaccins sont maintenant entrés dans cette étape des essais ».

D’après l’OMS, au moins 6 à 9 candidats vaccin ont déjà parcouru « un long processus en termes de recherche ».

« Beaucoup de gens ont été vaccinés et ce que nous ne savons pas, c’est si le vaccin fonctionne… à ce stade, nous n’avons pas de signal clair quant à savoir s’il a ou non le niveau d’efficacité et de sécurité nécessaire », a précisé la porte-parole de l’OMS.

Pas encore de signal clair en terme d’efficacité

Jusqu’à aujourd’hui, à en croire Margaret Harris, aucun des vaccins candidats aux essais cliniques avancés n’a jusqu’à présent démontré un « signal clair » d’efficacité.

L’OMS rappelle que des contrôles rigoureux de l’efficacité et de l’innocuité de tout candidat pourraient retarder de plusieurs mois une campagne de vaccination de masse.

À ce stade, renseigne son porte-parole, l’OMS étudie « toutes les données » de chaque vaccin pour pouvoir déterminer ceux qui offrent une protection adéquate. 34 vaccins font actuellement l’objet d’essais sur l’homme dans le monde, et 142 candidats vaccins sont actuellement en phase d’essais précliniques, renseigne l’agence onusienne.

Mais dans cette quête d’un vaccin sûr contre le nouveau coronavirus, des lueurs d’espoir sont à noter, notamment du fait que « les fabricants font déjà des paris sur celui qui sera probablement le vaccin ». Ces derniers « réfléchissent déjà à la manière dont ils pourront augmenter la production de vaccins une fois que nous saurons lequel sera utilisé », a souligné Mme Harris.

Plus largement, estime l’OMS, toutes les thérapies vaccinales doivent passer par une homologation nationale.

Pour Margaret Harris, « donner de faux espoirs pourrait être perçu comme susciter de la complaisance » et en attendant que les vaccins soient prêts, rappelle également l’agence onusienne, chacun doit prendre des mesures utiles, telles que la distanciation physique, le lavage des mains et le port de masques.

Patrick Nkumu