Nos derniers tweets !

Le traitement des maladies chroniques perturbé par la Covid-19

Une étude récente vient de révéler que la Covid-19 a influencé la prise en charge des maladies chroniques. "Il y a une perturbation des services de soins de santé, y compris le diagnostic et les traitements des MNT [maladies non transmissibles], dans 69% des cas", a déclaré Dr Bente Mikkelsen.

À noter que les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète et les maladies respiratoires chroniques sont les quatre maladies non transmissibles les plus courantes. Ensemble, rapporte l’OMS, elles causent plus de 40 millions de décès par an.

« C’est dans le domaine du cancer que l’on trouve les chiffres les plus élevés, 55 % des personnes atteintes d’un cancer (ayant) leurs services de santé perturbés », a indiqué la directrice de la Division des maladies non transmissibles de l’OMS.

Ces révélations de l’agence onusienne renseignent que les personnes vivant avec un ou plusieurs MNT ont été [ou sont] parmi les plus susceptibles de devenir gravement malades et de mourir du nouveau coronavirus.

Lire aussi : La pollution de l’air aggrave les risques liés à la Covid-19 

Dans un appel aux États pour qu’ils prennent des mesures plus importantes dans la lutte contre les MNT, l’OMS note que la crise sanitaire « a mis en évidence le fait que trop peu de choses ont été réalisées, même si ces maladies sont responsables de sept décès sur dix dans le monde ».

Le Directeur général de cette agence onusienne a souligné que le coronavirus avait « attaqué les personnes » atteintes de MNT, et que les facteurs de risque auxquels elles sont confrontées « augmentent la vulnérabilité à la Covid-19, l’infection, et la probabilité de résultats plus graves, y compris chez les jeunes ».

Mettre fin à la pandémie, l’OMS optimiste

« Avec l’unité nationale et la solidarité mondiale, nous pouvons et nous allons mettre fin à la pandémie de la Covid-19 », a promis Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Lors de sa réunion d’information habituelle de fin de semaine, le chef de l’OMS a adopté un ton optimiste, reconnaissant que même si de nombreux défis restent à relever, l’agence onusienne reste « encouragée par les progrès réalisés contre ce nouveau virus », au cours des huit derniers mois.

Lire aussi : Covid-19, pas de vaccination généralisée avant la mi-2021 (OMS)

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a à cette occasion remercié les pays ainsi que les économies qui ont annoncé cette semaine vouloir se joindre à l’effort de COVAX pour l’accélération du développement et de la production d’un nouveau vaccin contre le coronavirus, en assurant sa distribution équitable.

On compte maintenant 78 économies à haut et moyen rendement qui se sont engagées à participer au projet « Access to Covid-19 Tools (ACT) Accelerator », « et leur nombre ne cesse de croître », s’est-il réjoui.

Le chef de l’OMS a invité « ceux qui n’ont pas encore rejoint le projet à le faire avant le 18 septembre ».

Situation épidémiologique en RDC

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, indique l’équipe en chargé de la riposte, le cumul des cas est de 10.292, dont 10.291 cas confirmés et 1 cas probable.
Au total, le pays a enregistré 260 décès (259 cas confirmés et 1 cas probable) et 9.501 personnes guéries.
La situation épidémiologique du lundi 7 septembre fait état de 59 nouveaux cas confirmés, dont 37 à Kinshasa, 17 au Nord- Kivu, 3 en Ituri et 2 à la Tshopo. 272 échantillons sont testés et aucun nouveau décès des cas confirmés n’a été signalé.

D’après les autorités sanitaires, 50 nouvelles personnes guéries sont sorties des CTCo et parmi les patients suivis à domicile, dont 30 au Nord-Kivu et 20 à Kinshasa.

Le test Covid-19 reste gratuit à l’exception des voyageurs qui doivent payer 30 dollars américains.

Alain Tshibanda