Nos derniers tweets !

Attaque repoussée d’une position des éco-gardes dans la réserve de faune à Okapi, aucune perte en vie humaine

L'attaque, survenue le lundi 12 octobre vers 14 heures, est l'œuvre des hommes non encore identifiés. Ils ont été repoussés et la situation sous contrôle des Rangers.

Avec une superficie estimée à 13 726 km2, cette réserve est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, située au Nord-Est du pays, près des frontières avec le Soudan et l’Ouganda, et couvrant environ un cinquième de l’ensemble forestier.

L’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) venait de déplorer la mort tragique de deux de ses gardes, tués le soir du 17 octobre à la RFO d’Epulu.

Un garde forestier tué dans l’exercice de ses fonctions 

Deogene Bagurubumwe Chuhoze a trouvé la mort dans l’exercice de ses fonctions le 10 octobre dernier, lors d’une attaque contre un poste de patrouille de l’ICCN près du village de Sarambwe.

Plusieurs sources locales ont identifié le groupe armé FDLR-RUD comme responsable de cette incursion, déclarant que les auteurs ont également pillé les communautés locales à proximité avant et après l’attaque.

Deogene Bagurubumwe Chuhoze était âgé de 47 ans quand il a péri. Il occupait le poste de chef de section et travaillait pour l’ICCN depuis 1996. Il laisse derrière lui une femme et 3 enfants.

Le parc national des Virunga lui a rendu un hommage, « sa mort souligne une fois de plus notre dette de gratitude envers les Rangers de l’ICCN qui ont mis leur vie en danger pour protéger le parc et aider à ramener la paix au Nord-Kivu », lit-on sur son site.

Un recrutement en cours au Nord-Kivu 

La direction de l’ICCN au Parc national des Virunga (PNVi) porte à la connaissance du public qu’elle organise des tests d’admission pour une formation des gardes parc.

Parmi les critères pour présenter sa candidature, elle retient la nationalité congolaise, une bonne condition physique, être âgé de 18 ans minimum et ne pas avoir atteint l’âge de 25 ans au 1er janvier 2021. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme d’État (D6) et avoir une bonne connaissance du français parlé et écrit.

L’ICCN a pour missions de conservation de la nature dans les aires protégées in et ex situ, d’assurer la protection de la faune et de la flore,  de valoriser la biodiversité en favorisant la recherche scientifique et en facilitant les activités d’écotourisme, de réaliser ou de faire réaliser les études et d’en assurer la vulgarisation à des fins scientifiques et didactiques dans le domaine de la conservation.

Patrick Nkumu