Nos derniers tweets !

Aucun problème à l’Université catholique du Congo (mise au point)

Le Comité de direction (CD) de l'UCC a pris connaissance de l'article intitulé "UCC des agitateurs menacent de perturber la rentrée académique", publié dans un journal de la place le lundi 12 octobre 2020. À travers sa mise au point dont copie a été réservée à Congo Plus, l'équipe dirigeante de la prestigieuse université catholique du pays a fait savoir qu'il n'y a pas de problème dans cet Alma mater.

Contrairement aux bruits qui courent, indique le même communiqué, « le dialogue social avec les différents corps de l’Université se passe bien ».

Saisissant cette occasion, le Comité de direction remercie le collège des Doyens et la Délégation syndicale avec lesquels il a eu un dialogue franc et serein, qui a permis de réagir dans la cohésion, la solidarité et l’esprit d’innovation aux problèmes délicats posés par la crise sanitaire de la COVID-19.

Il faut noter que l’UCC exécute son calendrier académique réaménagé selon les instructions du Ministère de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU) et l’approbation de son Conseil d’administration.

Lire aussi: Reprise des enseignements à l’UCC dès le 10 août (Rectorat)

C’est donc avec sérénité qu’elle prépare la clôture de l’année académique 2019-2020 ainsi que l’ouverture de l’année académique 2020-2021.

Pour rappel, le ministère de l’ESU avait réaménagé le calendrier de l’année académique décalant la fin de l’exercice 2019-2020 au 10 décembre prochain. Selon les mêmes dispositions du ministère, l’ouverture de l’année académique 2020-2021 interviendra le lundi 14 décembre.

Le Comité de direction qui est piloté par le Recteur de l’UCC, professeur Abbé Léonard Santedi, a réitéré ses remerciements envers tous les membres de la famille universitaire pour leur abnégation.

La Rédaction vous recommande cet article |À la découverte des Alumni de l’UCC

Il salue leur engagement à travailler sans relâche pour le rayonnement de l’UCC et pour la sauvegarde de sa noble tradition, d’être la lumière qui surplombe le fleuve (Lumen super flumen) et le germoir de l’élite intellectuelle, éthique et spirituelle dont le pays a tant besoin.

Patrick Nkumu