Dans ce contexte, RSF et JED « demandent la mise en place urgente d’un mécanisme d’alerte pour la sécurité et la protection des journalistes” à travers le pays.

Les exactions à l’encontre des journalistes continuent de se maintenir à un niveau élevé en RDC. Selon JED, au moins douze journalistes ont fait l’objet de menaces et d’intimidations depuis le début de l’année. Ces atteintes à la liberté de la presse sont encore très souvent le fait des autorités locales ou de membres des forces de sécurité elles-mêmes.

En septembre, rappelle JED, RSF avait documenté la vague de répression ayant touché des journalistes de la province du Sankuru. François Lendo, le directeur de la radio Radio Télé Losanganya avait été arbitrairement détenu pendant 11 jours après une plainte du gouverneur de la province.

L’ambassade des États-Unis à Kinshasa a aussi réagi depuis son compte Twitter, rappelant que la protection des journalistes et la liberté de la presse sont des éléments fondamentaux des droits de l’homme.

La RDC occupe la 150e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.

Avec JED