Nos derniers tweets !

Délocalisation de l’état-major des FARDC, l’armée dénonce l’intox

La délocalisation de l'état-major de l'armée a suscité une confusion dans l'opinion. Considérant la montée de ces rumeurs, l'armée a décidé de briser la glace en expliquant les raisons de ce déplacement.

C’est ce qu’il faut retenir du point de presse de ce jeudi 12 novembre du porte-parole de l’armée. Il condamne une « opération de démoralisation qui vise à déstabiliser le pays, car les militaires sont apolitiques, et l’armée est nationale ».

Le général Léon Richard Kasonga précise que le fonctionnement de l’armée est bien structuré,  qu’elle reçoit les allocations comme il se doit et les charges sociales constituent une priorité pour le Président Félix Tshisekedi.

À en croire le porte-parole de l’armée, le solde des militaires ainsi que diverses primes sont décaissés au prorata des recettes publiques, sans pourtant les passer à la place publique. Il indique que la rémunération passe par la banque et considère que la bancarisation est un succès.

À ceux qui appellent les militaires à la révolte sur les réseaux sociaux, l’armée précise que leur méthode ne passera pas au sein des FARDC.

Il indique qu’elles sont la huitième meilleure armée en Afrique avec les matériels appropriés, ses éléments dotés deux fois par an en uniformes et tenues. Ajoutez à cela, mentionne-t-il aussi, le recyclage des différentes unités.

Le Général Léon Richard Kasonga révèle qu’il y a une feuille de route, un plan des réformes, pour l’armée et demande aux médias de valoriser les FARDC, composées de 156 000 éléments.

Hermione Yamvu