Nos derniers tweets !

Union sacrée pour la nation : la messe est-elle déjà dite?

En dehors notamment de l'Église catholique, reçue par le Président Félix Tshisekedi et qui a entrepris de discuter avec le sénateur à vie Joseph Kabila et Martin Fayulu, actuel coordonnateur de Lamuka, la quasi majorité des acteurs consultés par le chef de l'État appelle le garant de la nation à mettre fin à la coalition entre le Front commun pour le Congo (FCC) et le Cap pour le changement (CACH). Pour Augustin Kabuya, seul le chef de l'État peut décider de la fin et de l'issue des consultations en cours, qu'il a initiées depuis le lundi 02 novembre.

La messe est déjà dite, pense le journaliste José Nawej car après le ballet incessant des ‘abolitionnistes’ de tout poil au Palais de la nation, le Président de la République devrait déjà s’être fait une religion sur la tendance générale de ses hôtes.

Intervenant sur Top Congo, le secrétaire général de l’UDPS a affirmé ce week-end que « ce que le chef de l’État est en train de faire est conforme à ses prérogatives constitutionnelles« .

Sur l’issue de ces consultations, Augustin Kabuya considère qu’il « faut laisser la primeur à la personne qui a convoqué [ces assises, ndlr], et qui n’a pas encore terminé. Laissons le temps au chef de l’État de consulter ».

Même si Jean-Marc Kabund a déjà et récemment annoncé la fin de la coalition au pouvoir, et que le chef de l’État va simplement formaliser à la fin des consultations selon Ted Beleshay, Augustin Kabuya dit ne pas contredire le Président a.i de l’UDPS qui « a émis un point de vue sur l’avenir » de ce mariage.

Lire aussi: Les évêques ont mis le Président de la République devant ses responsabilités (Frédéric A. Kinkani)

« Il n’y aura plus de coalition FCC-CACH. Comme il est clairement établi que Kabila et ses hommes veulent ramener le pays en arrière, en bloquant Félix Tshisekedi afin qu’il ne serve pas le pays, je déclare le FCC et Kabila ennemis numéro 1 du peuple Congolais », avait affirmé Jean-Marc Kabund en meeting populaire à Kikwit, le dimanche 15 novembre dans la province du Kwilu.

« Attendons que le chef de l’État termine avec les consultations », commente Augustin Kabuya qui précise aussi que le fait pour le président a.i de l’UDPS d’émettre un avis sur une situation politique de son pays n’est pas un crime. Jean-Marc Kabund n’a pas eu tort de s’exprimer ainsi, pense aussi ce proche collaborateur du Président Félix Tshisekedi.

« Le Président a.i de l’UDPS n’est pas en contradiction avec le chef de l’État », tranche-t-il.

Affaire 7.000$, fake?

Même à l’époque du Maréchal Mobutu, rappelle Augustin Kabuya, tout le monde n’était pas dans l’Union sacrée de l’opposition. Actuellement, constituer une union sacrée de la nation, comme le souhaite Félix Tshisekedi, « c’est faisable, c’est possible », reste convaincu ce cadre de l’UDPS.

Pour le secrétaire général de l’UDPS, qui a souhaité la réduction du salaire de l’ancien Président de la République, le FCC n’a jamais dit qu’il ne va plus accompagner le Président Félix Tshisekedi. Alors que le chef de l’État n’a exclu aucun scénario à l’issue des consultations, Augustin Kabuya estime qu’il ne faut pas réduire les rapports FCC-CACH à quelques visages.

Lire aussi: Entretiens avec Tshisekedi, Kabila et Fayulu, pourquoi les bons offices de la CENCO énervent?

Alors que le Parti du peuple pour la démocratie et la reconstruction (PPRD) accuse le camp de Félix Tshisekedi de chercher à détourner les députés issus de la famille politique de son allié Joseph Kabila, Augustin Kabuya note que « le débauchage est une spécialité du FCC ».

Pour lui, reconfigurer le paysage politique en vue de dégager une nouvelle majorité autour du Président Félix Tshisekedi, c’est possible. « C’est une question de conscience et non de débauchage », argumente Augustin Kabuya.

Sur les accusations de corruption des élus par le CACH, Augustin Kabuya regrette : « Réduire la valeur d’un député jusqu’à ce niveau, ce n’est pas sérieux ».

Pour le secrétaire général a.i de l’UDPS, « ces députés [du FCC, ndlr] sont des élus du peuple. Ils ont des comptes à rendre à leurs bases ».

« Le FCC n’a jamais été sincère et sousestimait l’UDPS », fait-il savoir en affirmant que « Joseph Kabila n’aura jamais dans sa vie un collaborateur, un Monsieur sérieux et sincère comme Félix Tshisekedi ».

C’est depuis le lundi 02 novembre que le chef de l’État a lancé les consultations. L’UDPS, qui n’a pas encore pris part à ces échanges, réaffirme sa disponibilité et son soutien à l’initiative du Président de la République.

« Attendons la fin de ces consultations pour savoir de quel côté se trouve la majorité », a exhorté Augustin Kabuya.

Alain Tshibanda