« Une nouvelle majorité est nécessaire, j’ai décidé de nommer un informateur conformement à la Constitution » (Félix Tshisekedi)

Annoncée pour 16h00' (heure de Kinshasa), le discours a commencé une heure après. Scènes fortes, plateau spécial sur la télévision nationale. L'annonce de l'arrivée du chef de l'État, perturbée par quelques problèmes d'ordre technique au niveau de la retransmission, a été suivie par l'entrée du Président de la République. Un discours plus long que sa dernière communication à la nation, plus détaillé pour marquer la rupture et annoncer les grandes décisions.

Une annonce précédée par quelques moments prémonitoires. Escorté, Félix Tshisekedi arrive au Palais de la nation une quinzaine de minutes avant de faire son apparition à 17h00′ pour s’adresser à la nation. Pendant près de 30 minutes, le chef de l’État a rappelé le contexte de son avènement à la magistrature suprême, les raisons pour lesquelles les consultations ont été initiées et annoncé sa décision.

Lire aussi: Le salut du peuple est la loi suprême, point barre! (Félix Tshisekedi)

Un discours avec des expressions fortes: « J’ai ressenti la lassitude de nombre d’entre vous… », « j’ai pris bonne note des attentes de chaque catégorie consultée… », « j’ai été aussi marqué… », « je suis très fier de constater que les uns et les autres partagent avec moi… », « la responsabilité qui est la mienne est de rassembler. »

« Ce moment nous confère un devoir collectif, celui du sursaut pour anéantir le dessein des cyniques… », a laissé entendre Félix Tshisekedi dans son adresse à la nation, avant de préciser que « je vais le faire avec vous… ».

À lire aussi sur Congo Plus : Discours du Président Félix Tshisekedi du 06 décembre 2020

« Je vous ai consultés, vous m’avez parlé », a-t-il également souligné. Consultations qui ont permis au chef de l’État de noter que « le gouvernement de coalition n’a pas permis de mettre en œuvre le programme pour lequel » il a été élu par le peuple.

« Ce gouvernement n’a pas été capable… », a aussi asséné Félix Tshisekedi regrettant « deux années de grâce et de sacrifice » qui n’ont pas permis à la coalition FCC-CACH de répondre aux attentes de la nation.

Patrick Nkumu