Nos derniers tweets !

Aux Affaires Etrangères, les syndicalistes invitent le Gouvernement à rompre avec « la diplomatie comme poubelle des politiques »

Ayant suivi l'actualité de ces dernières semaines, le Syndicat du Corps des Diplomates de la République démocratique du Congo a décidé de rompre le silence face aux allégations inexactes, relayées à travers certains médias et les réseaux sociaux, concernant la politique étrangère du pays, la gestion des représentations et du personnel diplomatiques congolais et tant d'autres questions brûlantes au centre desquelles se trouve le Ministère des Affaires Etrangères. Le week-end dernier, les membres du SYCODIP étaient face à la presse de Kinshasa pour faire le point sur ces questions traitées, selon eux, "par des personnes qui n'ont ni titre ni qualité".

C’est au terme d’une réunion organisée la semaine dernière que le président et les membres du SYCODIP ont dénoncé ces propos mensongers et autres allégations inexactes. Le président du SYCODIP, Benoît Mukenge Mutiku, s’est étonné d’entendre certaines langues être frustrées des voyages d’un ministre des Affaires Étrangères à l’étranger.

« La diplomatie se fait avec les autres États. Tous les ministres du monde des Affaires Étrangères prennent des avions. Ils ne sont pas appelés à négocier uniquement avec les représentations diplomatiques en poste dans leurs pays », a expliqué Benoît Mukenge Mutiku.

Revenant sur les accusations selon lesquelles l’actuel chef de la diplomatie congolaise n’est jamais au pays, il botte en touche: « affirmer ces genres de choses et en être scandalisé prouve à suffisance une méconnaissance criante et totale des arcanes de la diplomatie, du travail d’un diplomate et moins encore du ministre qui s’en occupe ».

Lire aussi: Denis Kadima entériné, l’Opposition rappelle la « jurisprudence Malonda » au Président de la République

Argent laissé au Ministère des Affaires Étrangères avant l’avènement de Christophe Lutundula et détourné par ce dernier? Le SYCODIP considère cette histoire comme une utopie et invite les accusateurs à apporter les preuves de leurs allégations devant les instances compétentes. Et, en bon diplomates, ses membres se réservent de rappeler les périodes sombres qui ont précédé l’administration Lutundula.

« Tout le monde dans ce ministère ne garde pas un bon souvenir de cette équipe là (ndlr: l’équipe ayant précédé la nomination de Christophe Lutundula comme Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères) », marmonne Benoît Mukenge Mutiku qui dénonce également un autre fait imaginaire, à savoir le non respect du rapatriement des corps des diplomates décédés à l’étranger.

A ce niveau, le SYCODIP reste formel, salue les efforts énormes qui sont en train d’être consentis et fustige un fait malheureux !

« La diplomatie est la poubelle des politiques. Tous ceux qui ne se retrouvent pas dans le partage du gâteau sont déployés dans notre ministère, et même directement dans nos représentations diplomatiques à l’étranger. Échappant plus souvent au contrôle du ministère », s’est plaint le président du SYCODIP.

« Pendant que des vrais diplomates sont ici au pays et ne sont pas exploités dans ce sens, ces parvenus, ne connaissant rien de la diplomatie, font du n’importe quoi. Malheureusement, ils sont payés par le trésor public. Et pourtant, ce sont des gens qui n’ont aucun contrat avec l’Etat congolais. Et cela dure des décennies ! », regrette-t-il tout en rappelant que « l’actuel VPM n’est qu’héritier de cette situation qu’il essaye d’ailleurs de régulariser. La preuve, c’est le rapatriement d’un corps, il n’y a pas plus de deux semaines ».

Lire aussi : Ce qu’il faut retenir sur la 39eme session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union Africaine 

La rotation des diplomates quant à elle est une autre affaire qui mine ce ministère depuis des décennies. Et que le ministre actuel vient de trouver. « Le mandat d’un diplomate est normalement de quatre renouvelable une seule fois. Vous pouvez donc faire huit ans et revenir au pays. Y passer deux ans avant d’être encore déployé. Mais, tenez-vous bien, il y a des diplomates qui ont plus de vingt ans en mission à un seul endroit. Il y en a même qui demandent leur retour au pays, mais sans succès », explique le président du SYCODIP.

Abordant l’accusation sur l’absence de cadre de dialogue avec des syndicalistes, Benoît Mukenge Mutiku précise que « c’est de la mauvaise foi nette ».

« L’ancien ministre, par exemple, ne nous a jamais reçus jusqu’à son départ. Mais, l’actuel, en seulement six mois, nous a déjà reçus plus de trois fois ».

Pour le président Benoit Mukenge Mutiku, qui dit avoir remis pour le compte du SYCODIP au Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères, dès son entrée en fonction, un cahier de charge, il faut laisser le temps au temps.

« Le VPM Christophe Lutundula nous donne jusque-là des bons signaux. Ils nous écoutent et nous respectent. Il est difficile de faire son bilan en 6 mois de travail. Mais les signaux que nous recevons sont très bons. Prenons rendez-vous dans un ou deux ans », indique le président du SYCODIP qui appelle la presse à la prudence: « Je vous recommande de toujours chercher l’information à la source pour avoir des éléments crédibles et vrais ».

Patrick Nkumu