Nos derniers tweets !

Covid-19: Congolais en quarantaine en Éthiopie, « bientôt une mission de l’INRB à Addis-Abeba » (Lutundula)

Dépêché à Addis-Abeba pour suivre de près la situation des congolais bloqués à l'aéroport, pour avoir été testés positifs à la Covid-19 dès leur entrée sur le sol éthiopien, Christophe Lutundula a eu accès aux premières informations.

Arrivé le mercredi 15 décembre 2021 dans la ville abritant le siège de l’Union africaine, le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères a fait savoir c’est à la demande des autorités des Émirats Arabes Unis que la compagnie Éthiopian Airlines a installé à Addis-Abeba, précisément à l’aéroport, des unités de contrôle, de contre vérification, de contre-test de Covid-19.

« Il s’avère que parmi les passagers qui ont été déclarés, qui ont été testés positifs, il y a environ 70 congolais qui sont concernés. Je dois dire que c’est une mesure de portée générale, qui concerne tous les passagers à destination des Émirats Arabes Unis », a précisé Christophe Lutundula.

Le vice-Premier ministre a aussi indiqué que « le Chef de l’État a été informé de la situation, le Premier ministre aussi, c’est pour cela d’ailleurs que je me trouve ici ».

Sur place, ajoute-t-il, « nous avons instruit l’ambassade à Addis-Abeba, qui s’est impliquée dans le dossier et qui a obtenu plus précisément que le Centre médical de l’Union africaine fasse aussi la contre-vérification de tests qui ont été effectués à l’aéroport ».

Déjà à ce stade, rassure le chef de la diplomatie congolaise, « 18 compatriotes ont été déclarés négatifs parmi les 70 de cet après-midi. Pour ces 18 là, ils sont libres de continuer le voyage ou de rentrer à Kinshasa. Voilà la vérité en ce qui concerne la situation que j’ai trouvé ici en Éthiopie ».

« Il est de règle que lorsqu’on est testé positif quelque part, à l’aéroport ou chez soi, on reste en quarantaine. Ils doivent rester en quarantaine. Les tests d’évaluation se feront au fur et à mesure qu’ils prennent les médicaments. Généralement, c’est dans 7 jours qu’on fait le test. Si ça se termine, chacun aura la liberté de continuer à Dubai ou de rentrer au pays », relève Christophe Lutundula.

Pour notre part, rappelle le chef de la diplomatie congolaise, « nous avons reçu hier l’ambassadeur d’Éthiopie en RDC. Nous avons donné des instructions à notre représentation diplomatique ».

En ce qui concerne la prise en charge, reconnait Christophe Lutundula, « elle n’est pas de meilleure. C’est pas vraiment ce que nous pouvions attendre. Ça n’a pas été facile tout au début. Nos compatriotes ont manqué le minimum qu’il faut à quelqu’un. Ils ont été acheminés vers un centre de quarangaine. On leur avait donné des soins médicaux. Ils continuent à prendre les médicaments. Mais notre ambassade a obtenu qu’on fasse des contrôles devérifications des tests qui ont été effectués à la va-vite à l’aéroport. 18 ont été testés, après vérification par le centre médical de l’Union africaine, négatifs. On continue à suivre la situation de nos compatriotes au jour le jour ».

Grâce à l’intervention du personnel diplomatique congolais en poste à Addis-Abeba, précisé le vice-Premier ministre, « les conditions se sont quelque peu allégées. Ils accèdent à eux facilement et je pense qu’on s’organise pour voir comment leur pourvoir en biens essentiels ».

Dès son arrivée à Addis-Abeba, Christophe Lutundula a fait un rapport au Chef de l’État et au Premier ministre. « Il a été décidé d’envoyer une mission de l’INRB pour voir la situation sur le plan scientifique, parce qu’il y va de la crédibilité de l’INRB. La situation est donc suivie de très près par le Chef de l’État lui-même ».

Au terme de cette escale en Éthiopie, le vice-Premier ministre a repris son chemin pour Istanbul, où il prendra part à la troisième édition du Sommet Turquie-Afrique.

Christian Nkanu