Nos derniers tweets !

Journée Scientifique UCC- Développement Durable de la RDC: Adèle KAYINDA MAHINA, Patronne du Portefeuille congolais édifie l’auditoire

Invitée par le comité d’organisation, la ministre d’Etat, Ministre du Portefeuille a tenu à rehausser sa présence à la journée scientifique organisée par la faculté de Droit de l’Université Catholique du Congo ce 03 Février 2022 sous le thème : « Le partenariat public-privé. Un paradigme ou une leurre pour un développement durable de la RDC ». Devant un auditoire rempli de monde dont principalement, les étudiants futures cadre de demain, le corps académique, plusieurs autres scientifiques et invités, l’infatigable Adèle KAYINDA a fait un exposé très interpellateur sur « le défis et politique publique des Investments pour le développement durable de la République Démocratique du Congo ».

Prenant la parole, avec aisance et parfaite maitrise de son secteur d’activités, la Ministre d’Etat et Ministre du Portefeuille congolais structure son exposé en trois parties. D’abord, la RDC en tant qu’acteur du développement durable ; Ensuite, le défis du développement durablement en RDC ; Enfin, les options de politique publique des investissements en faveur du développement durable en RDC.

D’entrée de jeux, Adèle KAYINDA a rappelé que la RDC est confrontée à une grande instabilité politique, marquée par des conflits armés dont le bilan humain, institutionnel, économique , social et environnemental a été particulièrement lourd. Cela a donc retardé considérablement la mise en œuvre de nombreux programmes et autres projets de développement. Par la suite, la gestion de l’urgence a progressivement laissé la place à l’adoption de cadres légaux et institutionnels, de politiques et programmes favorables au développement durable, dont la mise en œuvre a trop souvent été butée à des difficultés par manque de moyens nécessaires. Malgré cela et face à l’ampleur de besoins dont fait face le Pays, il n’ y a pas d’excuses ! Mme la Ministre reconnait que « les progrès réalisés n’ont pas été à la hauteur de ce que le Pays aurait préféré atteindre ».
Abordant la question du Partenariat Publique-Privé, la warrior du Gouvernement SAMA a fait savoir a son auditoire de circonstance que l’environnement des affaires en RDC doit être suffisamment attractif pour que des privés, nationaux ou étrangers, puissent entreprendre d’investir dans les différents secteurs ciblés en partenariat avec l’Etat entendu dans sa mission plurielle.

« Les PPP ont effectivement permis à de nombreux pays de se doter d’infrastructures dont la RDC a énormément besoin pour son développement. Il faut encourager ce mode de financement du développement durable qui fait ses preuves ailleurs, à condition de bien négocier les termes » a martelé la Ministre d’Etat et Ministre du Portefeuille de la RDC. C’est dans cette optique que la RDC s’est aujourd’hui inscrite dans la logique d’adapter sa Gouvernance à un certain nombre d’événement et de mutations tant au niveau international que national. « Cela l’a amenée entre autres à placer la localisation du développement au centre de ses politiques et stratégies nationales de développement » a renchérit a Ministre.

Par ailleurs, Adèle KAYINDA a noté que les efforts énormes fournis ont été par la RDC durant les 20 dernières années afin de mettre en œuvre des objectifs du millénaire pour le développement durable avec comme objectif clé, la réduction de l’incidence de la pauvreté de moitié à l’horizon 2030. Sur ce point « La RDC a fait des avancées louables » a-t-elle souligné ! Apres plusieurs analyses et défis à relever, le programme de développement de 145 territoires, initié par le Président de la République, en est actuellement une réponse appropriée.

Pour terminer, la Ministre du Portefeuille a mentionné qu’en dépit de tous les efforts, la RDC est encore loin d’atteindre les objectifs de développement qu’elle s’est fixée pour réduire significativement la pauvreté. Plusieurs défis sont encore à relever ! Notamment sur le plan sécuritaire, en matière de lutte contre la corruption et tant d’autres. « En mon sens, afin de tirer profit des avantages comparatifs et de surmonter les défis freinant le développement de notre Pays , nous devons rendre davantage cohérente notre politique en matière d’investissements en vue d’attirer davantage les investissements privés de qualité et d’en extraire les bénéfices plus importants pour notre population » a mentionné la patronne du portefeuille congolais.

Pour y arriver et pour permettre au Pays de se doter d’un tissus industriel diversifié, dynamique doté d’une capacité d’adaptation et fondé sur l’élargissement de la chaine de création des valeurs, la ministre d’Etat et Ministre du Portefeuille, Adèle KAYINDA MAHINA estime qu’il faut parachever les reformes et affirmer une volonté politique ferme dans ce cadre, tout s’appuyant sur les 7 piliers suivants : L’évaluation des reformes entreprises pour l’amélioration du climat des affaires ; La poursuite de l’amélioration et de la modernisation du cadre juridique des investissements ; Le renforcement du cadre institutionnel des investissement ; La valorisation du capital humain comme déclencheur du développement, l’adoption et le financement des plans sociaux ; Le développement du secteur privé national ; l’amélioration des éléments de compétitivité, notamment les infrastructures, et l’accès aux marchés régionaux et internationaux et en fin la définition d’une politique de ciblage des domaines d’investissement et d’attraction des investissements afin d’en maximiser l’impact sur les objectifs de développement durable du Pays.

Notons par ailleurs que le ministère du portefeuille a pour mission de Créer et transformer les entreprises publiques ; Administrer, gérer et rentabiliser le Portefeuille de l’Etat ;Acquérir et gérer les participations de l’Etat dans les entreprises d’économie mixte ; Gérer les mandataires publics dans les entreprises du portefeuille de l’Etat (entreprises transformées en sociétés commerciales et sociétés d’économie mixte) et de Contrôler, à travers les audits externes, la gestion des entreprises du portefeuille de l’Etat, en collaboration avec le ministère ayant les finances dans ses attributions.

Tegres