Nos derniers tweets !

Meurtre de Moïse Kabagambe au Brésil: la famille réclame justice et indemnisation

Le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères a eu un entretien, lundi dernier dans son cabinet de travail, avec la famille de Moïse Kabagambe Mugenyi, jeune congolais frappé à mort au Brésil fin janvier. Lors de cette rencontre, Monsieur Claude Kabagambe Magbo, père biologique du défunt et qui séjourne à Kinshasa depuis vendredi, en provenance de Bunia, a sollicité auprès de Christophe Lutundula Apala Pen’Apala l'assistance du gouvernement congolais.

Ancien député national et élu de la circonscription électorale d’Irumu, en Ituri (2006-2011), Claude Kabagambe Magbo a également voulu se renseigner auprès du chef de la diplomatie congolaise sur ce que fait le gouvernement congolais concernant la mort de son fils.

À ce sujet, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala a rappelé au père de Moïse Kabagambe avoir convoqué l’ambassadeur du Brésil à Kinshasa, le 02 février dernier.

Lors de cet entretien, a souligné le Ministre des Affaires Étrangères à l’attention de son interlocuteur, l’ambassadeur brésilien avait regretté ce drame, promettant que des sanctions exemplaires seront prises une fois les responsables identifiés. Au Vice-Premier Ministre, l’ambassadeur congolais en poste au Brésil avait indiqué que Moïse Kabagambe Mugenyi est déjà inhumé et que ses présumés bourreaux déjà aux arrêts.

« J’avais appelé l’ambassadeur. Il s’était excusé. Il avait annoncé que les enquetes sont menées autour de ce meurtre et que vu le statut de réfugié de Moise Kabagambe, le gouvernement brésilien avait pris en charge l’affaire », a dit Christophe Lutundula.

Vendredi dernier, une note verbale du chef de la diplomatie congolaise était adressée aux autorités brésiliennes en guise de rappel et pour faire le point sur leurs investigations.

Après l’inhumation de Moïse KABAGAMBE MAGBO, le gouvernement brésilien a pris en charge sa mère. Pour le Vice-Premier Ministre Lutundula, il ne s’agit pas seulement de prendre des sanctions mais aussi dédommager la victime.

« Nous attendons le rapport à ce sujet », a-t-il signifié à la famille de Moïse Kabagambe Mugenyi.

Rendre un dernier hommage

« Je viens de perdre mon fils de 24 ans au Brésil, à Rio de Janeiro, qui a été tabassé et battu sauvagement à mort pour avoir réclamé son salaire. Je suis venu aussi voir le Ministre des Affaires Étrangères pour des dispositions utiles par rapport à l’assassinat de mon fils, savoir pourquoi il a été tué et ce que le gouvernement a déjà fait par rapport à cet assassinat au Congo et au Brésil. Je voudrais voir la responsabilité du gouvernement de la RDC à travers son Ministre des Affaires Étrangères vis-à-vis du gouvernement brésilien concernant ce meurtre. Je veux aussi que le gouvernement assure mon voyage, en me donnant un passeport diplomatique en ma qualité d’Hoborable pour me permettre de mieux suivre le dossier et le procès en justice », a indiqué Claude Kabagambe Magbo à Christophe Lutundula.

Son vœu, c’est de voir la justice être rendue à son fils suivie de l’indemnisation.

Faisant suite à la demande du père de Moïse Kabagambe Magbo, Christophe Lutundula a demandé à Claude KABAGAMBE de reprendre contact avec le Ministère des Affaires Étrangères pour pouvoir obtenir son passeport diplomatique, lui assurant également son assistance pour l’obtention du visa pour faire le déplacement de Brésil.

La Rédaction